Châssis de prise de vue HighSpeed

Jusqu’à maintenant, j’effectuais mes clichés haute vitesse en essayant de positionner les capteurs et les flashs sur des supports de fortune souvent très instables. J’ai donc décidé de réfléchir à la réalisation d’un châssis modulaire stable et capable d’accueillir différents accessoires.

A minima, voici ce que je souhaite faire :

  • Water Droping
  • Exploding Paint
  • Studio Photo Objets
  • etc…

Dans cet article, je vais tenter de retranscrire toutes les étapes de la conception du châssis en détaillant le montage de la structure et la création support de fixations. Et, comme exemple d’uitlisation, je vais vous montrer le Water Dropping.

La structure

Modularité oblige, je souhaite que ce châssis s’adapte aux multiples situations : certains éléments doivent donc êtres amovibles. J’ai donc choisi un système de structure nommée COMBITECH constituée de profilés PVC carrés et de modules de jonction PVC de la marque ALFER Aluminium.

COMBITECH_Profiles

Ce système de structure permet de réaliser quasiment toutes les configurations de châssis. Le PVC qui constitue les profilés est suffisamment rigide pour supporter le matériel photo. Si on recherche une plus grande rigidité, il est préférable de se tourner vers des profilés en aluminium compatibles avec les connecteurs PVC.

Voici les outils et matériaux que j’ai utilisé :

  • Scie à onglet
  • Eteau
  • Perceuse visseuse, forets et embouts de vissage
  • cale à poncer
  • Maillet à embout plastique
  • Profilés PVC 23.5 mm long 1000 mm : (qté : 8) (dispo chez Leroy Merlin à 4.35 €)
  • Connecteurs PVC 23.5 mm ( Le choix du modèle définit la modularité du chassis)
  • Vis & boulons de 6 mm
  • PVC laminé de 10 mm

Pour les dimensions : le châssis nominal doit respecter des contraintes de place : profondeur max : 35 cm et largeur max : 55 cm. Il sera possible de l’agrandir par adjonction d’autres connecteurs et profilés PVC.

Il faut commencer par préparer les profilés PVC : ils se découpent aisément à l’aide d’une scie à onglet de ce type :

ScieOnglet

Les connecteurs de jonction, également en PVC, assurent une connexion parfaite des profilés et assurent une perpendicularité parfaite.

Voici un plan rapide du montage recherché :

Schema3D_Projet

Les profilés PVC ainsi que les connecteurs ont une section de 23.5 mm. Voici les découpes effectuées : 

  • 300 mm – (2 x 23.5 mm) = 253 mm : qté = 4
  • 550 mm – (2 x 23.5 mm) = 503 mm : qté = 4
  • 650 mm – (2 x 23.5 mm) = 603 mm : qté = 4

Découpés, je conseille de les ébavurer à l’aide d’une cale à poncer ou d’une grosse lime à métaux.
L’assemblage est ensuite réalisé par emmenchement. Si la friction entre les profilés et les connecteurs est trop importante, il est probable qu’il reste un surplus de bavures de PVC. Poncer ou limer et utiliser un maillet en plastique pour ‘recadrer le connecteur’ dans sa fonction première… A l’inverse, si il y a un manque de friction, on peut y remédier en appliquant un adhésif autour du manchon du connecteur afin d’augmenter sa section et par conséquence sa friction.

Afin de permettre de fixer facilement les éléments sur la structure, j’ai réalisé des trous de diamètres 6 mm tous les 20 mm sur l’ensemble des profilés. L’ensemble des accessoires que je réaliserai devront donc avoir des trous au pas de 20 mm.

Jonction

Assemblé ainsi, le châssis représente une base modulaire. En changeant les connecteurs de jonction, on peut étendre le châssis et ses fonctionnalités. J’ai pris l’option de munir l’arrière du châssis de connecteurs me permettant de rajouter une extension pour la fixation d’un support de fond par exemple.

L’ossature en place, il reste à voir comment fixer les éléments dessus.

Les supports de fixation

Tout l’intérêt d’un châssis réside dans sa capacité de permettre de fixer facilement et précisément des éléments. Dans un premier temps, voici ce que je souhaite pouvoir fixer :

  • Les flashs
  • L’électrovanne
  • Différents capteurs ( barrière laser ou Infra-rouge / choc & vibrations / bruit / etc…)
  • Fond
  • Siphon de Mariotte
  • etc…

Pour fixer les flashs, plusieurs solutions étaient possibles : acheter des rotules avec sabots de flashs, acheter des pinces à flashs ou le fabriquer. Devinez…!
Récupération oblige, j’ai réalisé un support en PVC laminé muni d’un flexible métallique articulé muni d’une vis au pas américain pour la fixation du flash.

Le support en U est fixée à l’aide de vis et boulons de diamètre 6 mm. Cette pièce est donc déplaçable à souhait pour positionner les flashs en fonction de l’éclairage souhaité.

J’ai fixé dessus un flexible muni d’un filetage permettant de supporter le flash. 2 exemplaires et à terme 3 permettront d’obtenir un éclairage homogène.

Un exemple d’utilisation : le WaterDrop

Une des finalités de ce châssis est le WaterDrop ou lâché de gouttes d’eau (ou de liquides). Je présenterai prochainement un article sur le sujet…
Parmi les accessoires incontournables, il est nécessaire d’installer une électrovanne qui va générer les gouttes de liquide mais également un réservoir (siphon de Mariotte). Ces 2 éléments doivent être maintenus de manière précise afin de produire des clichés identiques à paramétrage constant.

IMG_20170309_213618 IMG_20170309_213528


Pour le support du siphon de Mariotte : j’ai utilisé un profilé en acier récupéré sur une imprimante laser destinée à la poubelle. J’ai percé un trou pour me permettre de la fixer à l’aide d’une vis & boulon de diamètre 6 mm. Le siphon est maintenu en place par l’intermédiaire de 2 colliers de serrage en nylon. C’est un montage hyper basique mais qui a le mérite d’être fonctionnel !

Support_Siphon

Comme on peut le voir sur le schéma, le siphon est placé au dessus du châssis afin de maintenir une pression suffisante dans l’électrovanne.

Pour la fixation de l’électrovanne, j’ai également utilisé un profilé acier de récupération que j’ai plié et sur lequel une plaque de PVC laminé de 3 mm y est fixée. L’électrovanne est maintenue sur cette dernière à l’aide de colliers de serrage.

J’ai préféré vous proposer des schémas 3D que je trouve plus représentatifs que des photos nettement moins explicites.

ElectroVanne01 ElectroVanne02
ElectroVanne03

Un flexible de diamètre 6 mm relie le siphon de Mariotte à l’électrovanne.

L’électrovanne est actionnée via une interface pilotée par le PhotoDuino. Ce dernier est paramétré depuis un ordinateur portable via le logiciel PhotoDuino Remote.
Afin de rationaliser l’espace, j’ai ajouté une plaque de PVC de 5 mm au dessus de la structure afin de positionner PhotoDuino, interface et ordinateur portable. Cette plaque, munie de guides de positionnement, est juste posée. Elle reste amovible.

VueLaptop&PhotoDuino

Quelques vue du châssis :

Chassis_VueGlocale3 Chassis_VueGlocale4
Chassis_VueGlocale2 Chassis_VueGlocale

Ce châssis peut aisément être utilisé en tant de mini studio photo en rajoutant des plaques de plexi translucide blanches sur les côtés, le fond et sur le haut du châssis.
Les nombreux trous effectués sur les profilés permettent d’installer différents capteurs : son, lumière, vibration, barrière infrarouge ou laser etc… Nombreuses sont les configurations possible avec ce châssis.

Voila, j’espère que cet article aura contribué à vous aider dans la construction de votre propre châssis. N’hésitez pas à laisser un commentaire ou à poser des questions si un point vous semble encore obscure.

En guise de fin, juste un cliché obtenu à l’aide du châssis présenté :

@+

 

Please like & share:

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *