Small but strong : RECALBOX – 6/8

Mes premiers tests se sont portés sur une distribution LINUX dédiée au retrogaming : RETROPIE. Très prometteuse, cette solution logicielle nécessitait de mettre les mains dans le cambouis et de taper des commandes en SSH pour parvenir à configurer proprement son environnement. Et puis…les premières versions de la distribution RECALBOX sont apparues sur les sites spécialisés. Orientée sur la facilité de mise en oeuvre, le projet RECALBOX semblait déjà abouti et son développement suivi laissait penser à l’apparition future de nouvelles fonctionnalités. C’est cette solution que j’ai choisi pour mon BARTOP.

Présentation de RECALBOX

RECALBOX est basé sur la distribution LINUX Raspberry Pi NOOBS, orientée RETROGAMING, regroupant un ensemble de logiciels OPEN SOURCE, qui permet, via l’émulation, de rejouer à tout un ensemble de consoles et de plateformes. Un élégant FRONTEND : EMULATION STATION permet de naviguer parmi les EMULATEUR et les ROMs installées.
Voici une petite vidéo issue du site RECALBOX.COM :

RECALBOX intègre une trentaine de systèmes, émulés à l’aide de RETROARCH/LIBRETRO, comme :

  • Jeux d’Arcade
  • NES
  • Family Computer Disk System
  • Super Nintendo
  • SEGA Master System
  • Playstation
  • SEGA Megadrive
  • Game Boy, Color & Advance
  • Atari 2600 & 7800
  • NEC PC Engine
  • Nintendo 64
  • SEGA 32X
  • Nintendo Game & Watch
  • SCUMMVM
  • Vectrex
  • Game Gear
  • NEO GEO
  • etc…

Emulexample

Accessoirement, KODI a été intégré à RECALBOX pour étendre le champ des fonctionnalités.
Parmi ces dernières, la mise à jour en ligne, le rembobinage, les captures d’écrans et les captures d’état dans les jeux sont également pris en charge.
A l’écriture de cet article, la version la plus mise à jour de RECALBOX est la 3.3.0 Beta 16. Les sources sont disponibles ICI.

Installation de RECALBOX v3.3

La première chose à faire est de récupérer la dernière version de RECABOX sur le GITHUB. Il est ensuite nécessaire de décompresser le fichier RECALBOXOS.zip sur la microSD, préalablement formatée en FAT 32. Il est possible d’utiliser le logiciel SD CARD FORMATTER dispo sur https://www.sdcard.org/downloads/formatter_4/ .

Il ne reste plus qu’à brancher un clavier au PI et l’alimenter pour initier l’installation de RECALBOX.

Un mot résume parfaitement la procédure d’installation : SIMPLE !

Configuration de RECALBOX

La première étape consiste à définir les boutons. Pour ce faire, il est nécessaire d’avoir un clavier branché. L’appui sur ENTREE lance l’utilitaire de configuration des manettes. Suivre les instructions en appuyant successivement sur l’ensemble des boutons pour les définir dans le système. Pour passer les boutons non affectés, il suffit de maintenir appuyé un des boutons.

Il faut ensuite modifier le fichier recalbox.conf pour activer le pilote GPIO en modifiant la ligne :

controllers.gpio.enabled=1

On peut accéder au fichier recalbox.conf via le réseau :

\\IP\system ou \\RECALBOX\system

Note : par défaut, RECALBOX monte des partages SAMBA tels que :

  • Bios
  • Roms
  • Saves
  • Screenchots
  • System
  • xbmc-movies
  • xbmc-music
  • xbmc-pictures

Installation des ROMs

Comme expliqué plus haut, il existe un partage réseau nommé ROMS & BIOS.
Pour installer les ROMS, il faut simplement copier ces dernières, au format .zip ou décompréssées, dans le répertoire du système adéquat. Il y a dans chaque répertoire un fichier texte indiquant les pré-requis en matière de fichiers et d’extensions.

Exemple : \\recalbox\roms\mame\metalslug.zip

NOTE : Les émulateurs n’apparaissent dans EMULATION STATION que lorsque des ROMS sont présentes dans le répertoire du système émulé.

Certains émulateurs et roms nécessitent un BIOS pour fonctionner. Ces BIOS sont généralement disponibles sur les sites fournissant les roms. Ces fichiers sont à placer dans le répertoire partagé BIOS.

\\recalbox\bios\

Il y a quelques exceptions où certains BIOS doivent être placés dans le même répertoire que la ROM. C’est le cas des BIOS NEOGEO.

Plus de détails sur le GITHUB : https://github.com/recalbox/recalbox-os/wiki/Ajoutez-des-bios-%28FR%29

Une fois toutes ces manipulations réalisées, RECALBOX est opérationnel. Il ne reste plus que la partie personnalisation.

La personnalisation de l’environnement

  • Changer de thème : 2 thèmes sont livrés mais il est possible de créer son propre thème ou télécharger les créations d’autres utilisateurs.
    ThemeExamples
  • L’environnement sonore : Il est possible d’activer le fond sonore associé au système dans lequel on navigue.
    Options du Son > Musique de fond : ON
  • Scrapper les ROMs: Pour rendre la consultation du listing des ROMs, il est possible de lancer un scrap des ROMs afin de récupérer les jacquettes, images de jeu et informations sur les serveurs TheGameDB, MameDB, ou TheArchive
    ScrapeNoScrapeLe SCRAP des ROMs peut être lancer à partir de RECALBOX pourvu que ce dernier soit connecté à Internet. Mais l’opération est relativement lente et chronophage !
    Pour accélérer le processus, il est possible de SCRAPPER ses ROMS depuis son PC. Voici un lien vers la procédure sur le GITHUB de RECALBOX. J’ai choisi d’utiliser cette procédure et elle est particulièrement efficace !
    On en parle sur le forum RECALBOX : http://blog.recalbox.com/forums/topic/tuto-scraper-ses-jeux-depuis-son-pc-plus-efficacement/
  • Rendu dans les jeuxAvant l’arrivée des écrans LCD, les jeux tournaient sur des écrans cathodiques produisant des images moirées et souvent déformées par la forme des tubes cathodiques… Il est possible de reproduire un affichage rétro en appliquant un SHADER sur l’affichage : soit de type SCANLINE soit de type RETRO.
    Shaders

Voila, je pense avoir abordé l’ensemble des fonctionnalités de RECALBOX et du frontend EMULATION STATION.

Dans le prochain article, je vous propose d’aborder la partie design du BARTOP…

A suivre : Small but Strong – La décoration du Bartop – 7/8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *